Le haut et le bas

Dieu est quelque chose de supérieur. Quelque chose que nous devons atteindre. Nous sentons que devons voyager en direction de cette chose inconnue. Actuellement, dieu est représenté par la lumière. La lumière la plus intense que nous connaissons, c'est le soleil. Le soleil est dans le ciel, au dessus de nos têtes

Par conséquent nous considérons que tout ce qui est placé géographiquement en hauteur est forcément supérieur. Le ciel est supérieur à la terre. Être intellectuel ou diplômé est forcément signe d'intelligence. Les personnalités puissantes se placent sur une estrade, une scène ou un piédestal en hauteur. Lorsqu'on médite, c'est le plus souvent sur des points en hauteur sur le corps, le plus célèbre étant le 3ème oeil. Il paraît qu'il existe une énergie stockée au bas de la colonne vertébrale. La faire monter vers la tête est forcément un signe de développement spirituel avancé. La plupart des gens considèrent que la spiritualité consiste à rechercher un état de conscience particulier.

Bref le salut est dans nos têtes, voire un peu plus au dessus.

Par opposition à l'adoration du haut, le bas géographique est méprisé. Ainsi la tête est supérieure et noble tandis que le sexe est inférieur et vil. D'ailleurs les grands sages, les saints, les prophètes et officiants religieux en tous genres, sont souvent censés vivre dans la chasteté, les yeux exclusivement tournés vers le haut, détachés des questions bassement matérielles. Pour humilier quelqu'un, on le fait se mettre à genoux pour qu'il soit en bas, tandis que le profil du vainqueur se dessine fièrement dans le ciel.

Que trouve-t-on en bas? On trouve la terre mais aussi les grottes et aussi les fonds sous-marins. En bas, on trouve l'obscurité. donc forcément, le diable obscure qui est l'ennemi du dieu de lumière vit sous terre. Sous la terre se trouve l'enfer, la souffrance absolue.

Cette dichotomie me semble dangereuse car elle nous pousse à dénigrer la matière et à vénérer la conscience. Cette vision des choses nous pousse au déséquilibre. Cette vision des choses nous apprend à avoir peur de notre monde, car il n'est que la fine croûte qui recouvre le pays de la damnation éternelle.

Le son se propage dans toutes les directions. Il ne tient compte ni du haut ni du bas. Le haut, le bas, la gauche, la droite, l'avant, l'arrière ne sont que des notions géographiques.

Le son provient d'une source. La source produit le son. Le son se répand dans un sphère croissante car il se propage dans toutes les directions à la fois. Le "haut" du son, c'est la source. Le "bas" du son, ce sont toutes les directions qui s'éloignent de la source. Avec la sonorité, dieu c'est le rapprochement, le diable c'est l'éloignement. Se rapprocher de toutes chose est divin. S'éloigner de toute chose est diabolique. 

Plutôt que de d'introduire des discriminations géographiques idiotes et nuisibles comme le fait la lumière, le dieu sonore nous amène à rechercher la source profonde de toute chose subtile ou grossière. Tout peut produire du son, tout peut être source de divinité. Aller vers le haut, c'est se rapprocher des choses aussi bien subtiles que matérielles, afin de découvrir leur origine réelle, la véritable cause de leur existence.

Revenir