Divinité quotidienne

Contrairement à la lumière qui est parfois voilée ou éteinte, le son est présent dans nos vies de façon fluctuante mais permanente. Existe-t-il un moyen de n'entendre aucun son et de ne percevoir aucune vibration? Se boucher les oreilles avec des bouchons en mousse ne fait qu'amplifier nos sons internes. Lorsque nous dormons, nous pouvons fermer rideaux et volets pour ne plus percevoir de lumière mais nous pouvons ronfler, parler ou faire du bruit en bougeant dans les draps, nous pouvons être réveillé en sursaut par l'orage qui éclate violemment et fait trembler les murs. Même les sourds peuvent sentir les ondes sonores avec leur corps.

Parfois nous sommes perdus dans nos pensées, nous ne faisons attention à rien, nous n'entendons pas ce qui se passe au dehors, ni en dedans. De quoi sont faites nos pensées? Le plus souvent ce sont des phrases, des mots ou de la musique qui nous passent par la tête. Lorsque nous pensons à des concepts ou à des images, notre mental accompagne tout cela de commentaires plus ou moins pertinents. Ainsi, même les rêveries et le bavardage mental qui nous coupent de la réalité sont basés sur des sons que nous avons précédemment engrangés. Qu'il soit produit par notre corps, perçu par nos sens ou synthétisé dans notre tête, le son nous suit durant toute notre vie.

Nous pouvons échapper à la lumière mais pas au son. Cela rappelle étrangement les textes sacrés qui disent qu'il est impossible d'échapper aux lois divines. S'il est impossible de vivre en dehors de dieu alors la lumière est un très mauvais symbole spiritual, contrairement au son qui est naturellement présent en tout temps, en tout lieu, en toute circonstance.

Si nous considérons que dieu est sonorité, si le son symbolise la spiritualité alors nous sommes constamment en méditation, en prière, en adoration. Qui sont les prophètes, les messagers divins, les représentants de dieu? L'oiseau qui chante, la rivière qui coule, le vent qui joue dans les arbres, le lion qui dévore sa proie, le tonnerre qui gronde, la voiture qui klaxonne, l'incendie qui ravage un bâtiment, les enfants qui font du boucan dans le cour, le voisin ennuyeux, l'artiste sur scène, les amants passionnés, le crayon qui griffonne, la nourriture qui mijote, notre estomac qui gargouille, les manifestants qui râlent, les grincements du bus, le cliquetis du clavier d'ordinateur... Tout personne, tout objet, y compris nous-mêmes est un messager de dieu.

Si toute personne et toute chose peut produire du son et si dieu est sonorité alors nous sommes naturellement incités à écouter attentivement, constamment, sans avoir à chercher ou à imaginer un point de focalisation. Les sons ne manquent jamais. La vie quotidienne peut ainsi se transformer en gigantesque salle de méditation. On peut aiguiser sa sensibilité en se concentrant sur n'importe quel son de la vie courante, en essayant de le sentir avec le corps, en plus de l'entendre avec ses oreilles. La divinité du son nous incite naturellement à faire preuve d'attention respectueuse envers tout en toute circonstance. Cela nous invite même à nous écouter et à nous respecter nous-mêmes. Cela nous amène à nous percevoir comme étant à la fois passif et actif car nous percevons et produisons des sons.

Lorsque nos sons se mélangent à ceux des autres, nous formons une collectivité plus ou moins harmonieuse, plus ou moins unie, plus ou moins puissante. Ce n'est pas pour rien que la musique existe dans toutes les cultures et particulièrement dans les cultes religieux. Ce n'est pas pour rien que ceux qui sont soumis à la peine ou au dur labeur chantent en dépit de la douleur. Ce n'est pas pour rien que les combattants poussent des cris de guerre. Ce n'est pas pour rien que les supporters hurlent pour encourager leur équipe favorite. Les sons mettent directement nos émotions en mouvement, contrairement à la lumière. En effet nous interprétons ce que nous voyons et réagissons en fonction de ce que nous avons compris, tandis que le son peut directement nous émouvoir sans que la pensée entre en jeu. Cela rappelle les textes religieux qui affirment que la divinité ne peut pas être appréhendée par le mental.

La lumière est présente par intermittence, il est facile de s'en protéger, nous ne pouvons pas en produire avec notre corps. De même, le dieu de lumière est cantonné. Il est cloisonné dans des jours, des créneaux horaires, dans des bâtiments spécifiques, il a des représentants désignés ou formés, on peut négocier pour désobéir à ses lois sans en avoir l'air. Par contre le dieu de sonorité ne peut pas être réduit au simple rang de marionnette. Il est présent partout au quotidien. Nous ne pouvons pas le manipuler à notre convenance car tout être animé ou inanimé peut produire des sons à tout moment. Même notre propre corps peut produire des sons indépendamment de notre volonté. Grâce au son, dieu envahit notre quotidien, rien ni personne ne peut échapper à son influence.

Revenir