Thérapie manquante

L'orgone circule librement dans notre organisme. Nous sentons ses effets dans notre corps car elle génère des sensations physiques. Nous percevons ses effets avec notre mental car elle génère des émotions. Si les émotions ou sensations nous plaisent, nous avons tendance à l'expansion pour fusionner avec l'expérience en cours. Dans le cas contraire nous nous contractons pour bloquer le flux d'énergie et empêcher ainsi la génération des émotions et sensations déplaisantes afin de se couper de l'expérience. Lors de l'expansion le flux d'énergie augmente, nous sommes animés de mouvements naturels incontrôlables. Lors de la contraction le flux d'énergie diminue, nous effectuons volontairement des mouvements artificiels. L'expansion génère du plaisir. La contraction génère de l'angoisse.

orgoneDans ce schéma, j'ai nommé "Orexis" le système qui injecte l'orgone dans le mental (Psyche) et dans le corps (Soma). Orexis est une racine grecque qui signifie "tendre vers", "aspirer", "étendre", "appétit", "faim", "désir". En fonction du ressenti, le mental contracte ou détend le corps pour réguler la circulation de l'orgone, pour restreindre le débit ou le laisser augmenter.

Ce schéma m'évoque trois choses.

Maillon manquant

Lorsque le corps est malade, nous pouvons le soigner, soit par la chimie artificielle ou naturelle, soit par des manipulations physiques. Mais parfois le corps se détraque en raison d'un dysfonctionnement psychologique. L'affection est matérielle, elle peut même avoir une issue fatale, mais le déclencheur est conceptuel. On parle alors de maladie psychosomatique. La cause est mentale. L'effet est corporel. Psyche ronge Soma. Il manque un maillon dans la chaîne. C'est la perturbation du flux d'énergie qui détraque le fonctionnement des organes. Le problème mental altère la circulation de l'énergie alors le corps affamé souffre. Il serait pertinent de parler de maladie Orexique afin d'identifier correctement le rôle des éléments en présence.

Thérapie manquante

OrexilogieLorsqu'une personne souffre de dérangements psychologiques, elle peut se tourner vers deux types de thérapies officielles. D'un côté la psychiatrie tente de détruire les symptômes à l'aide de produits chimiques ou d'impulsions électriques. Elle agît donc sur Soma. De l'autre côté la psychologie essaye de verbaliser la souffrance pour remonter à ses racines. Elle fait donc appel à Psyche. Il n'existe pas d'autre moyen officiel. Pourtant il devrait être possible de manipuler les flux d'orgone pour améliorer la situation. Si une telle discipline scientifique existait, elle pourrait s'appeler Orexilogie. Le magnétisme, le Reiki, les soins psycho-corporels, l'Orgonthérapie, les médecines orientales comme l'Acupuncture et le Shiatsu en feraient partie. En général leur but est de lever les blocages énergétiques pour soulager le corps et le mental.

Perception manquante

Lorsque l'orgone circule nous percevons ses effets, à savoir des sensations et des émotions. Nous expérimentons ces phénomènes mais pas leur origine. Nous ne sentons pas les flux d'orgone donc notre régulation est systématiquement en retard. En effet lorsque la douleur physique ou la négativité émotionnelle sont déclarées, cela signifie que la sphère énergétique est déjà perturbée à notre insu depuis un bon moment. Nous n'avons pas senti le flux d'orgone donc nous n'avons pas perçu la mise en place de son blocage. Notre conscience arrive après la bataille pour constater et réparer les dégâts.

Ce dernier point est important. Si nous étions capables de percevoir l'orgone, nous pourrions peut-être mieux réguler notre organisme. Expansion ou contraction ? Contrôle ou contemplation ? Adhésion ou repli ? Actuellement nous n'avons pas vraiment le choix. En fonction de notre vécu et de notre vision du monde, le subconscient réagit en temps réel au flux d'énergie. Notre conscience arrive lontemps après que les décisions aient été prises, pour apprécier ou se lamenter, pour décrypter ou se déchirer dans l'enchevêtrement des tendances conflictuelles.

Revenir