Noir versus Blanc?

Le noir est souvent vu comme le contraire du blanc. De plus le noir est souvent assimilé à l'obscurité et pourtant ce sont 2 notions totalement différentes.

Qu'est-ce que le noir? Certains disent que c'est une couleur, d'autres disent qu'il s'agit plutôt d'une propriété. Le noir absorbe toute la lumière qu'il reçoit. Il ne renvoie pas de lumière, son aspect visuel est donc sombre.

Qu'est-ce que l'obscurité? C'est l'absence de lumière.

De ces définitions découlent toute une série d'observations.

L'obscurité n'a rien à voir avec le noir, car il faut de la lumière pour percevoir le noir, tandis que la lumière détruit l'obscurité. Donc l'obscurité n'est pas assimilable au noir.

Dans l'obscurité, on ne voit ni le noir, ni le blanc, ils sont tous 2 imperceptibles. En pleine lumière, ils sont tous les 2 visibles. Donc le noir et le blanc ne sont pas si opposés que ça.

Le noir a un point commun avec l'obscurité, c'est que l'oeil ne perçoit pas de lumière lorsqu'il contemple l'un et l'autre.

Le blanc a aussi un point commun avec l'obscurité, ils sont tous les 2 passifs. L'obscurité est passivement créée par les obstacles qui bloquent le lumière, elle est tout aussi passivement détruite lorsque les obstacles sont supprimés. Le blanc reflète passivement toute la lumière qu'il reçoit, comme un miroir. Le blanc comme l'obscurité ne font jouer que leur surface.

Le noir est actif. Il absorbe la lumière et génère entre autre de la chaleur. Le noir implique donc des processus internes et non pas un simple effet de surface.

Il est possible de faire une multitude d'autres observations. En vertu de celles-ci, il me semble que le noir, le blanc et l'obscurité font partie d'une trinité. Ils posent 3 questions fondamentales et indissociables.

Noir-Blanc-ObscuriteLumiere

  • Obscurité/Lumière pose la question de la réception. Qu'est-ce que je reçois? Qu'est-ce qui me manque?
  • Noir pose la question de l'intégration. Qu'est-ce que je laisse entrer à l'intérieur de moi? Qu'est-ce que j'en fais?
  • Blanc pose la question de la transmission. Qu'est-ce que je donne? Qu'est-ce que je garde?

Je reçois de l'extérieur, j'intègre en moi, je donne à l'extérieur. La trinité Recevoir>Intégrer>Transmettre, peut se décliner sous diverses formes plus ou moins heureuses :

Étudier > Assimiler > Enseigner

Nier > Déformer > Cacher

Rechercher > Comprendre > Informer

Voir > Paniquer > Mentir

Observer > Créer > Innover

Ignorer > Croire > Adhérer aveuglément

Expérimenter > Interpréter > Réagir

...

Le noir transforme. Le blanc transmet. Tous 2 ont besoin de lumière pour remplir leur fonction. Dans l'obscurité ils sont tous 2 inopérants. Tout ce qui nous entoure combine ces 3 éléments, pour que nous puissions percevoir une infinité de formes, de couleurs et de mouvements.

Le noir est généralement associé aux mauvaises intentions, tandis que le blanc symbolise les bonnes inclinations. Ces symbolismes n'ont aucun sens d'un point de vue naturel. Ils sont même nocifs, car ils nous font voir de la dualité là où il y a un mécanisme trinitaire. Ils nous font favoriser une notion et rejeter les 2 autres, alors que les 3 sont interdépendants.

Donc lorsque je vois de saints hommes et de saintes femmes qui sont en permanence tout de blanc vêtus, je me demande pourquoi ils agissent ainsi. J'ai du mal à croire que comme par hasard, le blanc est la couleur favorite de tous ceux qui sont amenés à cheminer spirituellement. Est-ce qu'ils sont prisonniers de leur conditionnement culturel? Est-ce qu'ils veulent manipuler nos émotions formatées, en affichant un symbole culturel de pureté et de divinité? Est-ce qu'ils cherchent à refléter l'énergie de leur dévots, sans intégrer ce qui est projeté sur eux?

Revenir