Les erreurs de la destinée

Je consulte occasionnellement une humble et talentueuse voyante. Parfois on me demande si notre futur est entièrement écrit d'avance. Comment se fait-il qu'un être humain puisse lire mon avenir? Si tout est écrit alors ça ne sert à rien de s'agiter pour améliorer sa vie. Nous n'avons absolument aucun choix alors pourquoi se fatiguer? Quoique nous fassions ce qui est écrit se réalisera. autant rester là, les doigts dans le nez à attendre que le film se déroule, pendant que nous le visionnons en tant que simples spectateurs.

Je réponds à cette question en disant que la voyance, c'est comme un GPS. Lorsque je veux me rendre quelque part, je ne peux pas couler du goudron devant moi au fur et à mesure que j'avance. Je suis obligée de choisir des moyens de transport, des itinéraires et des horaires. Même si je fais une partie du chemin à pied hors des sentiers battus, je ne peux pas créer les forêts que je traverse. Elles existent indépendamment de moi. Je peux choisir de les emprunter ou pas, je peux choisir le moment de me mettre en route. Les moyens de transports sont définis, les routes terrestres, navales et aériennes sont déjà établies, les horaires déjà sont fixés. Je suis libre de composer mon trajet comme bon me semble avec les éléments existants.

Lorsque je consulte la voyante, elle sent ma position actuelle et ma destination. Tout comme un GPS, elle est alors en mesure de m'indiquer la meilleure route pour cheminer, les étapes probables et les passages obligés. Je peux suivre ses conseils à la lettre, faire tout le contraire, changer d'avis, annuler mon voyage, me perdre en route... tout est possible. Le nombre de voies est infini mais ce n'est pas moi qui les ai tracées. Pour choisir, je peux me faire aider par quelqu'un qui a un don particulier pour percevoir l'invisible cartographie humaine.

Nous avons une situation dans le vie mais comment se fait-il que nous ayons une destination? Beaucoup de philosophies s'accordent pour dire que c'est un choix. Apparemment nous choisissons de nous incarner dans la configuration qui nous paraît la plus à même de nous faire évoluer. Pour cela nous choisissons le lieu, l'époque et la situation, en fonction de ce que nous avons déjà réalisé et de ce qui nous reste à faire. Cette croyance est très répandue dans le milieu spirituel. Je suis moi aussi convaincue que c'est vrai mais avec 3 nuances.

Je veux

Je veux m'incarner, j'aimerais que ce soit dans tel lieu, à telle époque, avec tel scénario familial et social. Est-ce que c'est possible? Pas forcément. Mes désirs ne sont pas des ordres universels.

Lorsque je veux voyager, je dois me plier aux contingences de la réalité. Mon bugdet est très certainement limité, il n'y a pas forcément de place disponible pour le voyage qui m'arrange, il se peut que je sois obligée de moduler mes plans.

De la même façon, lorsque je veux m'incarner, il se peut que mes choix soient limités par ce que j'ai accompli précédemment. Il se peut que je ne trouve pas les conditions parfaites et que je sois obligée de faire des compromis, de renoncer momentanément à certains aspects.

Je peux

Ça y'est, j'ai trouvé une incarnation qui convient à peu près à mes contraintes, mes besoins et mes envies. Suis-je capable de la mener correctement à bout? Pas forcément. La vie change constamment.

Lorsque je suis en voyage, il se peut que je ne supporte pas le climat ou la nourriture locale. Il se peut que des incidents fâcheux gâchent ou annulent le voyage. Il se peut que je sois déçue parce que le lieu n'est pas du tout comme je me l'imaginais. Il se peut que je regrette et que j'aie envie de retourner chez moi au plus vite. Si j'en ai les moyens, il se peut qu'au lieu de me confronter aux réalités du pays, je décide de rester enfermée dans un luxueux club de vacance pour me délecter de futilités oisives.

De la même façon, lorsque je m'incarne, il se peut que mon choix initial se révèle inadéquat. Il se peut que je n'aie pas la force et le courage nécessaires pour accomplir ce que j'avais prévu. Il se peut que je me jette avidement sur les solutions de facilité pour dérouler une existence sécurisante et confortable mais stérile.

Je fais

Je suis motivée, je fais ce que j'avais prévu. Vais-je y arriver? Pas forcément. Je ne suis pas seule sur cette planète. Nous sommes nombreux et interdépendants.

Au cours de mon voyage, des troubles sociaux ou politiques peuvent éclater. N'oublions pas les grèves des transports, les avaries de matériels et les intempéries de la météo. Je peux me faire arnaquer et ne pas obtenir ce sur quoi je comptais.

De la même façon, au cours de mon incarnation, certaines de mes actions dépendent des autres. Les autres sont comme moi. Ils ont peut-être fait des erreurs lors du choix de leur incarnation. Ils peuvent rencontrer des difficultés imprévues. Ils peuvent se planquer lâchement. Pour une raison ou une autre, il se peut qu'ils ne soient pas là où il faut au moment où ils faut. Donc malgré mes efforts et ma bonne volonté, certaines choses peuvent nécessiter des ajustements ou être annulées parce que certains des acteurs manquent dans la scène.

La cartographie humaine est tracée et les aventures sont potentiellement infinies. Tout est possible, le pire comme le meilleur. Il arrive ainsi que des personnes se retrouvent dans des situations dramatiques. Certains chercheurs spirituels lâchent alors des sentences que je trouve ignobles : "on choisit notre incarnation donc c'est leur choix de souffrir", "c'est la loi du karma, leurs souffrances proviennent de leurs mérites passés", "il y a une raison à tout, ces souffrances ont leur utilité", ... C'est un état d'esprit que je trouve minable.

Et ça c'est la remarque la plus ignoble que j'aie entendue : "les pauvres, ils souffent. Mais si on les aide, on va les empêcher de payer leur dette karmique". Ignoble. Car, quelle est la suite de cette sentence? La suite c'est : "Alors ne prenons pas de risque, laissons les souffrir et passons discrètement notre chemin dans la paix divine". Ce mot, "karma" permet à tout à tas de gens bien comme il faut de faire preuve de lâcheté en toute bonne conscience.

Nous avons effectivement le choix de notre incarnation mais ce n'est pas tout :

  • Mes options dépendent de ma situation actuelle. Ce sont effectivement mes actions passées qui déterminent mon état actuel et mes futurs potentiels. Si je suis dans une situation de blocage, mes options seront limitées.

  • Mes choix dépendent de mon niveau de conscience. Si elle n'est pas plein de connaissance, ordonnée et aiguisée alors j'ai de fortes chances de me tromper dans l'évaluation des options et de choisir la mauvaise, celle qui va m'apporter la stagnation au lieu de la progression que j'espére.

  • Mes actions dépendent des autres. Ils ont leurs options, leurs choix, leurs contraintes, leurs faiblesses... Je suis obligée de m'adapter à ce que les autres font ou ne font pas. Ils sont pareillement obligés de s'adapter à mon parcours.

La destinée n'est pas une histoire gravée dans le marbre que nous devons subir au nom de lois divines impénétrables. C'est plutôt un kaléidoscope. Les facettes du verre sont taillées de façon immuable mais les images qui s'y déroulent changent au fur et à mesure que nous avançons.

Je pense qu'il est préférable de faire le maximum de ce que nous pouvons à chaque instant. Ce que nous faisons peut empirer ou améliorer la vie que nous incarnons. Ce que nous faisons peut multiplier ou restreindre nos options dans le futur. Ce que nous faisons peut bloquer ou propulser les autres. Si on a le droit de se tromper alors on a aussi le devoir de se corriger. Subir des situations pénible ou laisser souffrir des gens en prétextant qu'il s'agit de décrets divins me semble aberrant. À priori dieu a créé la vie, à priori le but de la vie est de se développer, donc ce qui entrave le développement de la vie est probablement contraire aux intentions divines.

Revenir