Le pouvoir

Lorsqu'on évolue dans le milieu spirituel, un refrain revient assez fréquemment : "le pouvoir, c'est mauvais". Sauf lorsqu'il est collé à des jolis mots super gentils : "le pouvoir de l'amour", "le pouvoir du pardon", "le pouvoir du christ", "le pouvoir de l'énergie", ...

Pourtant lorsque je me regarde je vois du pouvoir partout. J'ai le pouvoir d'ouvrir les yeux pour voir, j'ai le pouvoir de bouger mes jambes pour marcher, j'ai le pouvoir de réfléchir pour trouver des solutions à mes problèmes, j'ai le pouvoir de digérer la nourriture que j'avale, j'ai le pouvoir de respirer, j'ai le pouvoir d'écrire, sinon vous ne pourriez pas lire le présent article. Même le caillou dispose du pouvoir de cohésion, sinon il ne serait que poussière. Même l'atome a du pouvoir, sinon il ne pourrait pas s'organiser en noyau doté d'électrons.

Sans pouvoir, rien n'existe. Alors pourquoi est-il vu de façon si négative? Parce que tout au long de l'histoire, les êtres humains ont utilisé leur pouvoir pour nuire sans scrupule, le but étant d'avoir toujours plus. Il me semble que vouloir toujours plus est une tendance naturelle chez tous les êtres vivants. C'est comme ça que nous évoluons. Nous voulons plus que ce que nous avons, nous voulons être plus que ce que nous sommes. La croissance est un besoin naturel, la décroissante est automatique, car tout ce qui existe évolue puis disparaît.

Donc vouloir toujours plus, c'est très bien, c'est parfaitement naturel, c'est ancré en nous. Mais plus de quoi? À quel prix? Dans quel but? Là est le problème. Le pouvoir est un outil naturel mais comment l'utilisons nous? Que voulons-nous faire croître? Par quels moyens? Pour combler quels besoins? Il est bon de vouloir toujours plus mais lorsque la volonté tape à côté de la cible adéquate, les dégâts s'accumulent. Il s'agit là d'une perversion, un détournement des outils naturels.

Par exemple vouloir grimper dans la société en écrasant tout le monde au passage, pour compenser une insécurité émotionnelle, c'est stupide car cela requiert justement de se couper de ses émotions, au lieu de les soigner. C'est nuisible car de nombreuses personnes souffrent inutilement. C'est stérile car avec les responsabilités, l'insécurité augmente donc le besoin inapproprié de grimper augmente également.

Par exemple s'accrocher 24h sur 24 à son smartphone pour lutter contre un sentiment de solitude, c'est stupide car des pixels qui dansent sur un écran plat ne peuvent pas résorber la solitude. C'est nuisible car les ondes électromagnétiques abîment le corps. C'est stérile car on s'isole de plus en plus avec l'appareil, augmentant ainsi la solitude et le besoin de la combler.

Par exemple faire un enfant pour compenser une vie maritale ou familiale malheureuse, c'est stupide car même si la venue d'un nouvel être humain apporte des émotions nouvelles, cela n'efface pas pour autant les anciennes. C'est nuisible car le développement de l'enfant est entravé par les projections parentales malsaines. C'est stérile car élever un enfant pose tout un tas de problèmes, ce qui est susceptible d'aggraver une situation déjà problématique.

Le pouvoir c'est la capacité de faire. Or on fait n'importe quoi. Est-ce que la perversion d'un outil appelle son interdiction? Si c'est le cas, alors interdisons les couteaux, certes utiles en cuisine, mais dont les tueurs en série se servent pour commettre leurs méfaits. Émasculons tous les hommes, car même si les spermatozoïdes ont une utilité, il y a tout de même 75000 viols par an en France. Coupons les mains de toute la population car les bagarres, les vols et violences en tous genre seront ainsi éradiqués. Absurde? Pas plus absurde que cette idée qui consiste à dire que le pouvoir est mauvais.

Le pouvoir est bon, le pouvoir est naturel, le pouvoir est indispensable. Vouloir supprimer le pouvoir, c'est comme vouloir supprimer la vie. On peut tuer une personne mais on ne peut pas supprimer LA vie. On peut retirer son pouvoir à une personne mais on ne peut pas supprimer LE pouvoir.

Au lieu de vouloir supprimer ce qui ne peut l'être, on devrait peut-être se demander pourquoi les êtres humains sont aussi pervertis.

Revenir