La spiritualité

Chacun comprend le mot "spiritualité" a sa façon, c'est à y perdre son latin. Pour avancer de façon ferme, je me suis fixé moi aussi ma petite définition personnelle.

Je pense sincèrement que l'être humain est trop primitif pour atteindre le divin. Je ne vois même pas comment il peut être possible de passer d'un état humain à un état divin. Même après la mort, je ne vois pas comment cela pourrait se faire. Nous sommes trop involués, pas assez évolués.

Par contre nous pouvons établir un début de communication avec le divin. L'esprit est le vaisseau d'une étincelle divine. Écouter son esprit, c'est donc écouter le divin. Ma définition est donc la suivante :

La spiritualité consiste à écouter son propre esprit.

Tous les êtres sont différents. Chacun possède sa voie. Chacun est là pour apporter sa contribution unique, distincte de toutes les autres, complémentaire à toutes les autres. Oui mais comment connaître sa voie à soi, qui n'est pas celle du voisin? Seul l'esprit peut répondre. Il est le seul à savoir pourquoi il s'est incarné ici et maintenant.

Il est normal que les employés exécutent les ordres du fondateur d'une société, parce qu'il avait des intentions précises au moment de créer son entreprise, il avait besoin de bras pour réaliser ses ambitions. De même, il vaut mieux se référer à l'esprit au quotidien, car il est le fondateur de mon existence présente, il a une vision d'ensemble de mon parcours et des objectifs à long terme.

Seulement voilà, il y a tant de voix conflictuelles dans la tête, comment faire pour savoir laquelle écouter? Selon la définition que j'ai adoptée, c'est là que réside la première difficulté de la spiritualité. Pour écouter les conseils de son esprit, il faut d'abord être capable de l'entendre. Il faut être capable de discerner sa voix sans ambiguïté dans la cacophonie intérieure.

Heureusement le monde offre une infinité de connaissances, de pratiques, de rencontres et d'aventures pour faire le ménage en soi. Alors au travail!

Revenir