Quelle loi?

Lorsque nous voyons les lions dévorer la pauvre gazelle et les loups déguster la modeste brebis, nous pensons immédiatement à leur supériorité physique. Nous en déduisons que l'animal le plus fort impose sa loi au plus faible. Pourtant nous sommes attendris par ce qu'on nomme globalement les "images de chats". Des photos et vidéos circulent sur les réseaux sociaux. Elles montrent des touchantes scènes entre des animaux habituellement ennemis. Notre cœur fond lorsque le prédateur caresse délicatement sa proie potentielle. Comment est-ce possible?

De récentes études ont montré que lorsque les ressources se font rares, les espèces collaborent pour se soutenir mutuellement. Cela veut-il dire que les plantes et les animaux sont gentils entre eux? Est-ce qu'ils ont un sens inné de la compassion envers autrui? Je ne pense pas que ce soit le cas. Nous les humains cherchons à mettre des émotions un peu partout alors que ce sont simplement des règles naturelles qui sont à l’œuvre. Ainsi, lorsque les ressources sont abondantes, les espèces deviennent plus égoïstes et entrent en compétition pour s'en accaparer le plus possible. Les animaux et les végétaux ont une seule et unique préoccupation de base : vivre. Il est donc logique qu'ils s'entraident en cas de pénurie.

L'être naturel sait que son voisin dispose de ce qui lui manque. Leurs facultés sont complémentaires. Si le voisin périt, la précieuse assistance disparaît. Quand les ressources se font rares, il faut donc aider le voisin à rester en vie pour se sauver soi-même. Lorsque les ressources sont abondantes, chaque être tente de s'accaparer le plus de biens possible pour maximiser ses chances de survie face aux éventuelles famines à venir. La compétition remplace alors l'entraide. Lorsque le gîte, le couvert, la santé, la sécurité et la bienveillante affection se déversent inconditionnellement sur eux, les animaux se laisse vivre en toute confiance. Certains peuvent même abandonner leurs réflexes de survie devenus inutiles. L'amitié joyeuse remplace l'entraide et la compétition.

La loi du plus fort n'existe pas dans la nature. Il s'agit d'une perversion purement humaine qui ne s'applique que dans nos fantasmes et nos sociétés. Dans la vraie nature, les êtres qui constituent les règnes végétal et animal n'ont qu'une seule loi : développer leur vie. Seul l'humain dénaturé éprouve le besoin de faire étalage et usage de sa force. Pourquoi la faune et la flore fonctionnent de façon logique et pérenne pendant que l'humain se complaît dans la destruction et l'autodestruction?

Je ne vois qu'une différence susceptible d'expliquer ce fait. Les êtres naturels sont soumis aux lois de la nature. Ce sont des lois naturelles qui définissent et bornent leurs choix. Les humains par contre, fixent leurs propres règles de fonctionnement. Nous connaissons parfaitement l'effet pervers de ce laxisme : tricherie généralisée. Les humains peuvent mettre en place les règles qui les arrangent au détriment d'autrui. Ils peuvent piétiner ouvertement les lois qui entravent leurs ambitions. Ils peuvent jouer la comédie du respect et dévoyer en secret ce qui a été décidé pour le bien de tous.

Pour fonctionner aussi salement, il faut utiliser la force et le mensonge. En vue de calmer les consciences scandalisées par tant de perversité, l'humain prétexte des instincts soi-disant naturels : "C'est pas not' faute, le plus fort impose toujours sa loi au plus faible. La preuve, regardez le lion et la gazelle". Quelle indécence! Le lion rassasié fait des galipettes à côté des gazelles restantes, tandis que l'humain éternellement affamé ne laisse jamais le moindre répit à qui que ce soit. La lionne protège ses petits et les lions protègent leur clan. Les hommes violent leurs enfants et exterminent leur propre espèce. Que personne n'aie la mauvaise foi d'invoquer la nature comme prétexte.

Pour que notre vie soit aussi équitable, pérenne et logique que celles des êtres naturels, il faudrait qu'un principe supérieur organise et régule notre fonctionnement. Si les cadres sont fixées et appliquées par une force qui nous dépasse de loin alors la tricherie devient impossible. Comment se fait-il que la nature ne nous ait pas dotés d'une régulation comme c'est le cas pour les autres êtres? Nous sentons ce manque au fond de nous. Les vauquins exploitent cette faille. Certains mettent en place des systèmes dits "politiques", "économiques", "traditionnels" pour exiger notre adhésion à des lois humaines inéquitables, sous peine de chaos social. D'autres prétendent être mandatés par des forces supérieures, surnaturelles, universelles, divines pour nous imposer des lois surhumaines aberrantes, sous peine de malédictions irrationnelles dans cette vie et celle d'après.

Puisque l'inégalité et la violence se répandent à mesure que le monde devient de plus en plus prospère, on peut en déduire qu'aucun système actuel n'est en mesure de compenser le défaut d'organisation. La question demeure. Pourquoi sommes nous privés de supervision naturelle? Qu'est-ce que la nature pourrait mettre à notre disposition pour harmoniser notre existence collective?

Revenir