Se protéger de l'électricité

J'ai besoin de me protéger de l'électricité. Je ne suis pas électrosensible mais je suis sur la pente glissante qui mène vers cette pathologie. Certains écrans plats me dessèchent le visage et les voies respiratoire, parfois ça me brûle la peau du visage comme si j'avais pris un coup de soleil. Lorsque je suis exposée à des excès d'électricité, ma digestion se détraque, la nourriture met parfois plus de 8h pour quitter mon estomac pour poursuivre son chemin. Je ne sais pas si c'est à cause de l'électricité ou d'autre chose mais j'ai des acouphènes 24h sur 24, 7 jours sur 7, un genre de bruit comme du sable qui s'écoule. Souvent j'ai aussi des sifflements aigus. Lorsque je suis vraiment trop exposée, je commence à souffrir de fatigue et de faiblesse musculaire.

Alors je me protège pour que les symptômes ne s'aggravent pas. Je débranche tous les appareils dont je n'ai pas besoin. Mon téléphone portable est toujours hors connexion, éteint et dans une autre pièce lors que je dors. La meilleure protection dont je dispose, c'est mon câble en cuivre. Il est planté dans la terre du jardin et je m'enroule dedans pour dormir, en contact direct avec ma peau. Grâce à lui, je peux enfin passer des nuits complètes après avoir souffert d'insomnies pendant 33 années de ma vie. Je suis toujours fatiguée, j'ai besoin de plus de 10 heures de sommeil mais au moins, je dors et ça c'est une véritable révolution pour moi, un exploit que je n'aurais jamais cru possible.

Mais comment faire au travail? Mon métier actuel, c'est... l'informatique! Lorsque je mange à midi, la nourriture me pèse encore sur l'estomac le soir, parfois j'ai même des remontées, comme si la nourriture voulait ressortir. Dans un salon bio, je me suis laissée tenter par une protection branchable. C'est un genre de tapis avec un câble électrique qu'on pose sur son fauteuil et qu'on branche sur la prise de terre. Il faut évidemment tester la prise de terre, vérifier qu'elle est bonne. J'étais toute contente, j'allais enfin pouvoir passer des journées de travail en toute sérénité.

Au début, tout allait bien. Petit à petit, je suis devenue de plus en plus nerveuse, j'avais des espèces de démangeaisons bizarres dans tous le corps, surtout les jambes. J'ai mis ça sur le compte du stress lié au travail. Et puis ma digestion à empiré. Je me suis dit que je mangeais trop, j'ai diminué les quantités de nourriture. Au bout d'un moment je ne pouvais supporter que des fruits et légumes crus à midi, le reste ne passait pas. Et puis un jour, j'ai vomi. Là j'ai commencé à remettre en cause l'espèce de saleté qui était censée me protéger. Cela faisait 3 semaines que je l'utilisais, j'étais censée me sentir de mieux en mieux, pas de pire en pire. J'ai débranché le tapis, et j'ai immédiatement commencé à me sentir plus calme.

Je me suis dit que peut-être ce tapis branchable était tout pourri et qu'en me branchant directement à la prise de terre, ça me déchargerait de l'électricité, comme je le fais la nuit. J'ai donc acheté un câble en cuivre et une prise. J'ai enlevé les fiches en métal et connecté le câble au trou de la prise de terre, puis j'ai dénudé l'autre extrémité du câble. Le lendemain, j'ai donc branché mon assemblage sur une prise de terre au travail et j'ai glissé l'extrémité dénudée dans ma chaussette, discrètement sous le bureau. J'étais toute fière de moi. Puis j'ai senti des chatouilles au pied, puis des tressaillements dans mes intestins, puis de la nervosité sans raison et lorsque j'ai eu un spasme à l'estomac, j'ai compris. J'ai tout débranché, avec tristesse.

J'ai compris que la prise de terre n'a strictement rien à voir avec la vraie terre. J'avais testé cette prise avec le petit appareil testeur puis avec un tournevis lumineux. D'un point de vue électrique, les prises de terre sont parfaites. Mais d'un point de vue biologique, c'est une catastrophe d'espérer se décharger de quoi que ce soit par ce biais car il y'a un genre d'activité électrique très fine sur cette prise. Se "protéger" de cette façon peut être très dangereux pour la santé. Seule des personnes en bonne santé peuvent supporter ce genre de "protection" sans ressentir de désagrément majeur.

Il faut effectivement garder en mémoire que nous ne sommes pas égaux devant l'électricité. C'est comme la nourriture, le soleil, le pollen ou le gluten, nous n'avons pas tous le même degré de tolérance ou d'intolérance.

J'ai lu dans un journal l'histoire d'une femme. Elle menait une vie tranquille et puis brutalement, un jour de noël elle est devenue gravement électrosensible. Sa vie est devenu infernale, elle dépense 300€ par mois en médicaments pour calmer les symptômes. Elle disait que ce jour là, il y avait eu beaucoup de cadeaux électroniques, portables et tablettes offerts en cadeau. Cet excès d'électricité l'a rendue malade. Et moi je me pose des questions. Comment se fait-il que les autres membres de sa famille n'aient rien eu? Les enfants sont censés être plus fragiles que les adultes. Pourquoi aucun enfant n'est tombé malade ce noël là?

Le terrain fait la maladie. C'est la nervosité qui fait le terrain de l'électrosensibilté. Notre corps est équipé d'un immense réseau de nerfs où circulent des impulsions électriques, notre coeur est magnétique, notre cerveau est électrique. Si notre fonctionnement interne est constamment surchargé par une activité nerveuse trop intense alors les perturbations électromagnétiques venues de l'extérieur saturent notre réseau électrique. Les messages circulent mal dans notre organisme donc les fonctions biologiques se détraquent. Se protéger de l'électricité est largement insuffisant. Il ne s'agit là que d'une compensation, destinée à limiter provisoirement les dégâts. Le véritable travail de fond consiste à soigner sa propre nervosité.

Je me rappelle bien qu'à une époque, j'étais capable de dormir la nuit comme tout le monde. Et puis j'ai subi une série de chocs émotionnels. À partir de ce moment, je suis devenue incapable de m'endormir avant 3h ou 5h du matin, je dormais en pointillé, je me levais plusieurs fois dans la nuit pour aller aux toilettes, je me tournais et me retournais dans le lit parce que j'avais le corps et les pensées démangés par je ne sais quoi. Lorsque le réveil sonnait le matin, mon coeur battait la chamade, j'avais le tournis, les oreilles bouchées et la nausée à cause du manque de sommeil. J'avais envie de pleurer en pensant qu'il fallait tout de même aller à l'école, à l'université, au travail, alors que j'étais sonnée et épuisée. Depuis que je dors avec mon câble en cuivre planté dans la terre, je mets environ 1h à trouver le sommeil et je dors d'une traite.

Ainsi mon expérience me dit que les électrosensibles souffrent avant tout de surcharge nerveuse. Se protéger uniquement de l'électricité est une vaine fuite en avant. Il faut obligatoirement se soigner en parallèle pour que l'organisme redevienne résistant, pour soulager le système nerveux afin qu'il puisse gérer les agressions extérieures. Notre corps est notre seule logement permanent. Nous y habitons jusqu'à la fin de notre vie. Comme on ne sait jamais de quoi demain sera fait, il est préférable que notre maison soit solide. Il  vaut mieux que le corps soit le plus adaptable et le plus résistant possible, pour faire face aux intempéries de la vie.

Revenir