Déblocage psychologique

Ma longue pratique thérapeutique en tant que patiente, m’a appris quelque chose de vital. Comme beaucoup de consultants, j’ai espéré qu’il existait un bouton magique. En effet, lorsqu’un choc nous assomme brutalement, notre existence bascule d’une seconde à l’autre. Si un événement dramatique a éteint la lumière intérieure, est-il possible de la rallumer grâce à l’interrupteur en cause ? C’est cette pensée magique qui pousse parfois des femmes violées à se prostituer avec fierté, croyant ainsi avoir repris le contrôle de leur vie en manipulant à volonté le marteau qui a brisé leur vie. D’autres font le choix inverse. En s’enfermant dans une religion, coupées du monde et des tentations de la chair, la vie brisée va se reconstruire puisque le marteau est loin d’elles.

Petit à petit, j’ai fini par renoncer aux boutons magiques. Je me suis convaincue que le but des psychothérapies était de provoquer des prises de consciences. En effet, lorsqu’on ignore ce qui se passe, on est pieds et poings liés face aux blocages. Par contre lorsqu’on sait ce qui se passe, on peut trouver des solutions et agir. Mais là aussi, quelque chose n’allait pas. Souvent, il est arrivé que la compréhension des blocages psychologiques n’amène aucun changement. Après avoir compris les mécanismes en jeu, la spirale infernale continuait, comme une addiction dont il est impossible de se sevrer. J’avais l’impression d’être une naufragée, qui se sait perdue au milieu de l’océan, sans pour autant savoir comment rejoindre la terre ferme.

D’autre part, il est arrivé que des blocages se dissolvent sans que je m’en aperçoive. Au bout de quelques mois ou quelques années, je m’apercevais qu’un comportement nocif avait disparu progressivement. Comment ? Après une rapide rétrospective, je constatais que les aléas de la vie m’avaient amenée à effectuer des actions m’obligeant à surmonter le problème psychologique pas à pas.

deblocageAlors finalement comment dénouer des blocages psychologiques ? Quels sont les mécanismes à l’œuvre ?

Je pense qu’il y en a trois. Ils agissent seuls ou combinés. Ils se répartissent dans le domaine de la matière, de l’énergie et de la conscience.

Il s'agit de la compréhension, de l'incitation et de l'habitude.

Le premier mécanisme, le plus courant, c’est la compréhension profonde. À force d’analyser les détails de la vie passée et présente, les rouages apparaissent petit à petit au grand jour. Les comportements mystérieux sont décryptés, les actions automatiques sont débusquées. Ce qui semblait faire partie intégrante de la personnalité, se révèle être une surcouche traumatique artificielle et bloquante. Les pensées qui se déroulaient secrètement en arrière plan, émergent au niveau de la conscience. On a donc le choix de les suivre ou pas, au lieu de les subir involontairement. La compréhension change la sphère mentale.

Le second mécanisme, c’est l’incitation positive ou négative. Une incitation positive procure de la joie. Une incitation négative évite la souffrance. Inutile de préciser que l’incitation positive est bien plus efficace. Par exemple, on peut surmonter sa timidité lorsqu’on croise du regard, le coup de foudre de sa vie. On peut surmonter la peur de la solitude pour fuir la violence d’un conjoint toxique. L’incitation change la sphère émotionnelle.

Le troisième mécanisme, c’est l’habitude nouvelle. Lorsqu’on a identifié un comportement nocif, on peut l’arrêter ou se comporter de façon inverse. Cela demande un effort récurrent. En effet, il faut agir à répétition jusqu’à ce que le nouveau comportement devienne une habitude. Lorsqu’on fait quelque chose de nouveau, cela peut s’avérer difficile les premières fois. À force de persévérance, cela se révèle de plus en plus facile, jusqu’à devenir un automatisme. Par exemple, si on a une phobie envers les insectes, il est possible, de s’en approcher au fur et à mesure. D’abord oser les regarder, ensuite en laisser un s’approcher, puis en faire grimper un sur la main... Au début, il faut se faire violence. Au bout d’un moment, cela devient banal. L’habitude change la sphère matérielle.

Compréhension, incitation et habitude, ne sont que des éléments de base. Lorsqu’ils agissent seuls, leurs effets peuvent s’avérer éphémères. Par contre lorsque ces mécanismes se combinent, on dispose d’une infinité de voies et moyens pour surmonter les blocages. Ils agissent en synergie, démultipliant mutuellement leur portée et leur puissance.

prise de consciencePar exemple lorsqu’on comprend un blocage psychologique, le processus est purement mental. Par contre, si la réflexion s’accompagne d’un pic émotionnel, on parle plutôt de "prise de conscience". Au cours de la révélation intellectuelle, le cœur bondit, les muscles frémissent, les yeux s’écarquillent, une vague de froid ou de chaud traverse le corps, la peau se hérisse... La prise de conscience amène un changement permanent contrairement à la réflexion fugitive.

Par exemple, lorsqu’on doit instaurer de nouvelles habitudes, le fait d’être soutenu par une personne aimante constitue une précieuse incitation positive. Au lieu de faire un effort pour soi, on cherche de surcroît à faire plaisir à une personne aimée. La pénibilité s’estompe devant la joie.

Des boutons magiques sont disséminés à chaque recoin de notre vie. L’erreur est de croire à la magie alors que seul le travail paye. Il y a par exemple, le bouton magique du « conte de fées ». Le jour où, dans le marasme d’une vie obscure, on a l’immense joie de rencontrer la personne idéale pour vivre le bonheur au quotidien, on s’imagine que l’amour balaiera automatiquement tous les problèmes, tous les blocages, tout le fâcheux passé. "L’amour guérit tout" dit-on. Les faits montrent que c’est faux.

L’amour invite au travail sur soi pour apprécier pleinement l’être aimé. Sans ce travail, la relation est parasitée. Elle risque de s’effilocher au lieu de se développer. L’amour devrait être une incitation positive, comme un commerce à faire prospérer, comme un jardin à entretenir, comment un enfant à élever, comme la santé à équilibrer jour après jour. Les couples qui se laissent passivement porter par leur coup de foudre mutuel, sont tôt ou tard rattrapés par les blocages, névroses et autres psychoses. L’amour pourrait servir de puissant moteur pour améliorer volontairement sa vie, afin de déployer la relation dans un cadre mental aussi beau que les sentiments qu’il suscite dans le cœur.

Retour