Le genre

Le genre m'a toujours intriguée depuis l'enfance. Certains textes spirituels et religieux disent que nous avons tous une part de masculin et de féminin. Qu'est-ce que ça veut dire? Les définitions qu'on trouve par-ci par-là sont poétiques, mystifiantes et abstraites. Cela ne me suffit pas. Que signifient concrètement masculin et féminin? En désespoir de cause, je me suis tournée vers mon livre de chevet actuel, à savoir le Kybalion. J'avais déjà lu ce qu'il expliquait à ce sujet mais je n'avais pas compris du tout. Voici ce qu'il dit :

"Le genre est en toute chose ; toute chose a ses principes masculin et féminin ; le genre se manifeste sur tous les plans"

Cette fois-ci je n'ai pas eu besoin de lire le chapitre en entier. Dès les premières lignes ça a fait tilt dans ma tête. Le mot "genre" vient du latin. Il signifie "engendrer", "procréer", "générer", "créer", "produire". Il est donc normal que le genre soit en tout, car c'est le mécanisme qui préside à la génération de toute chose. Le genre est le principal instrument de la création. C'est le processus qui permet de créer ce qui n'existe pas encore et de changer ce qui existe déjà.

De quoi avons nous besoin pour créer ou changer quelque chose? Il faut une demande, il faut une offre et il faut des matériaux ou des outils. C'est tout. On appelle masculin le principe qui demande. On appelle féminin le principe qui fabrique pour donner. Mais pour pouvoir fabriquer, le féminin a besoin de ressources. C'est le masculin qui les fournit afin que sa demande soit satisfaite.

Prenons l'exemple de la conception d'un enfant. L'organe génital masculin est incapable de produire un enfant. Il adresse donc sa demande à l'organe féminin. L'organe féminin peut fournir son oeuf, son utérus et son intense travail pour développer un foetus et le faire arriver à maturation. Mais pour ça il a besoin de semence. L'organe masculin fournit donc sa semence en abondance pour être sûr que sa demande sera satisfaite.

Prenons un autre exemple, puisque le modèle patriarcal en regorge. L'homme a faim, il veut manger. Il demande à sa femme de faire à manger. Elle peut créer un plat succulent pour qu'il puisse se régaler tout en prenant des forces. Mais pour ça, il faut qu'il lui donne de l'argent pour faire les courses. S'il ne lui donne pas la somme nécessaire, elle va acheter des produits de piètre qualité et le repas sera insipide.

Là où les choses se compliquent, c'est que ces mêmes clichés patriarcaux prouvent que le masculin et le féminin sont effectivement en tout. L'ampoule du salon a grillé. La femme est nulle en bricolage alors elle demande à son homme de changer l'ampoule. Il accepte de faire la réparation, mais pour ça il faut qu'elle ait pensé à prendre une ampoule lorsqu'elle a fait les courses. Dans ce cas précis, la femme joue le rôle masculin, tandis que l'homme joue le rôle féminin.

Si personne ne demande rien, il ne se passe rien. Le genre est en tout pour que la vie existe et se développe. Toute chose animé ou inanimée existe grâce au genre. Tout événement se produit grâce au genre. Le manque du principe masculin crée un vide. Ce vide appelle la capacité de création du principe féminin. C'est ainsi que naît tout mouvement dans la matière grossière ou subtile. L'électricité est ainsi générée par un pôle qui demande à un autre pôle de lui donner des électrons à travers un cable en métal. C'est également une différence de potentiel électrique qui créé les atomes.

Les êtres humains n'échappent pas à la règle. Chacun de nous se comporte de façon masculine ou féminine selon le contexte. Le directeur qui demande des ressources humaines est masculin tandis que ses employés qui donnent leur force de travail sont féminins. Les employés qui demandent leurs salaires sont féminins, tandis que le directeur qui les paye est féminin. Pour que les employés travaillent, le directeur doit fournir le matériel nécessaire. Pour que le directeur paye les salaires, les employés doivent fournir les informations administratives nécessaires. Le public qui demande à être émerveillé est masculin tandis que l'artiste qui donne sa performance la plus intense est féminin. L'artiste qui demande des acclamations est masculin tandis que le public qui donne toute son admiration est féminin.

Les aberrations culturelles ont transformé ces principes naturels en caricatures dictatoriales. En public, les hommes et les femmes doivent adopter un comportement formaté pour marquer leur appartenance permanente à un seul genre. L'homme caricatural est fort. Il demande avec force. Prendre par la force, c'est du vol. La femme caricaturale est faible. Elle donne avec faiblesse. Céder par faiblesse, c'est de l'arnaque, car on donne ce qu'on a de moins bien. Les caricatures d'hommes et les caricatures de femmes passent leur temps à se frustrer mutuellement de façon théâtrale. Tous en souffrent mais c'est obligatoire. La honte poursuit celles et ceux qui ne jouent pas la comédie à la perfection.

En réalité, le genre est en tout, y compris dans le processus de génération lui même. Le masculin demande au féminin. Mais le masculin se comporte de façon féminine lorsqu'il fournit les matières premières et les outils requis. Le féminin donne ce qu'il a crée. Mais le féminin se comporte de façon masculine lorsqu'il demande les ressources dont il a besoin pour lancer le processus de création.

Qu'en est-il de la sexualité? Que se passe-t-il dans l'intimité? Qui demande? Qui donne? Qui est en manque? Qui satisfait l'autre? Dans ce domaine il est impossible d'ériger des barrières et d'établir des classifications. Le genre atteint son paroxysme car les partenaires sont constamment masculins et féminins à la fois. La frontière entre les genres s'effondre car tous sont des 2 côtés à la fois. La distance entre les pôles masculin et féminin s'annule car chacun devient constamment bipolaire. C'est à ce moment que la création devient intense et puissante.

Il existe un cas particulier, c'est celui de l'enfant. C'est un être humain en construction donc il ne peut que demander. Le bébé est essentiellement masculin par obligation. Plus il grandit, plus il devient capable de féminité, c'est à dire de donner.

Ce n'est pas pour rien que les courels fantasment énormément sur la vierge et l'enfant. L'enfant est toujours un petit garçon car l'enfant ne peut que demander. Il a besoin de soins physiques et de sécurité émotionnelle,  il a besoin de réponses à ses questions afin développer sa vision du monde. La vierge représente les 2 parents. Le père et la mère donnent sans compter toutes leurs richesses matérielles, toute leur affection et toutes leurs connaissances, pour que leur enfant grandisse harmonieusement.

Pourquoi la virginité? Parce que dans la sexualité, la frontière entre les genres disparaît, chacun satisfait l'autre, chacun est autant masculin que féminin. Or les parents ne sont pas censés demander quoi que ce soit à l'enfant. Ils sont censés donner constamment ce qu'ils ont de mieux. Les parents sont censés être purement féminins vis à vis de leur enfant purement masculin. La vierge et son petit garçon symbolisent donc le fait que les parents donnent sans rien demander, tandis l'enfant demande sans rien pouvoir donner.

L'enfant est la seule entité totalement masculine. Les parents sont la seule entité totalement féminine. La parentalité est le seul domaine de le vie où il soit possible de tracer une frontière claire et nette entre un pôle masculin et un pôle féminin.

Mais même dans ce cas précis, il y a une petite nuance. Les parents ne peuvent s'occuper correctement de leur enfant qu'à condition d'avoir sa confiance. Les parents ont besoin de cet outil pour donner à leur enfant une croissance harmonieuse. Si l'enfant ne peut pas leur fournir sa confiance, il va s'opposer à son éducation ou la fuir. Il aura tendance à se révolter ou à se renfermer. La génération de son existence se déroulera dans la tension. Ainsi, l'enfant qui est essentiellement masculin se comporte un peu de façon féminine. Les parents qui sont essentiellement féminins se comportent un peu de façon masculine. Le genre est réellement en toute chose.

Des liens pour aller plus loin

Revenir

Tous les articles pour La simplicité des lois

La capacité d'hallucination

En psychiatrie les hallucinations sont une pathologie. Est-ce vraiment aussi nocif qu'on veut bien le croire ?

En savoir plus...

Le pouvoir humain

toutes les autres formes de pouvoir n'apportent que des frustrations dévastatrices

En savoir plus...

Les croyances

en quoi est-il important de respecter les croyances?

En savoir plus...

Le genre

que sont le masculin et le fémnin?

En savoir plus...

Attraction et répulsion

ça se ressemble mais ça ne mène pas au même endroit

En savoir plus...

Le bien et le mal

tout est relatif grâce aux repères

En savoir plus...

Égoïsme

ma définition personnelle

En savoir plus...

Dieu est désir

dieu n'est pas amour. C'est trop petit

En savoir plus...

Noir versus Blanc?

le noir est souvent vu comme le contraire du blanc

En savoir plus...

Le pouvoir

le pouvoir c'est que pour les vilains méchants

En savoir plus...

L'ego

il est la source de tous les maux. L'abattre garantit le bonheur

En savoir plus...

La spiritualité

ce mot possède tellement de définitions

En savoir plus...

Le règne végétal

lorsqu'on pense aux planplantes, douceur, joie et paix nous submergent. Avez vous regardé comment elles se comportent?

En savoir plus...

L'altruisme

le don de soi est émouvant. Comment donner sans rien attendre en retour?

En savoir plus...

Ombre et lumière

l'ombre est liée à la lumière. Le mal est-il pareillement lié au bien?

En savoir plus...